basse saxeLa moyenne allemande est de 363 €/ha en 2019/2020 contre 356 €/ha en 2018, soit +0,20%. Rappelons qu’en France la progression pour la même période a été de + 0,55%.

Plus en détail :
Bade -Wurtemberg 279 €/265 € - Bavière 348 €/343 € - Brandebourg 173 €/157 € - Hesse 177 €/ 172 €.
Mecklenburg-Vorpommern 287 €/283 € - Basse-Saxe 517 €/507 €. - Rhénanie du Nord Westphalie 519 €/523 € - Rhénanie-Palatinat 264 €/259 € - Sarre 84 €/82 € - Saxe 178 €/ 177 € - Sachsen-Anhalt 286 €/280 € - Schleswig-Holstein 443 €/ 433 €

On doit noter qu’entre 2004 et 2019, c’est environ 650 000 ha de surfaces agricoles supplémentaires qui ont été mobilisées pour des lotissements, voies de communications, zones industrielles et commerciales. La SAU allemande est de 16,6 Mio ha, en France elle est de 26,6 Mio ha

Lire la suite...

mazeranDécédé le 28 mars dernier à 96 ans, Pierre Mazeran joua un rôle majeur dans la mise en œuvre des politiques de l’élevage pendant 40 ans, entre les années 50 et 90.

Né dans une ferme ovine sur les contreforts du Larzac dans l’Hérault, il consacra l’essentiel de sa vie professionnelle aux organisations agricoles.

Jeune ingénieur agronome, il fut remarqué par Henri Canonge, le directeur de la Confédération générale de l’Agriculture qui regroupait l’ensemble des organisations agricoles après guerre et dont il devint un proche collaborateur.

Quelques années plus tard, il pris la direction de la Fédération nationale ovine puis celle de l’Institut de l’Elevage bovin (Iteb) en 1967 où son chemin rencontra celui de Marcel Bruel, le grand responsable professionnel de l’élevage, dont il devint l'un des principaux hommes de confiance à Paris.

Par rapport aux productions végétales et pour ce qui était de la puissance syndicale et du poids politique, l’élevage était à la traîne dans les années 50 et 60. Pierre Mazeran partageait avec Marcel Bruel la même volonté de doter ce secteur d’organisations solides pour faire jeu égal avec les céréaliers dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques agricoles.

Lire la suite...

brinkhausA l’approche du départ d’Angela Merkel, on s’agite beaucoup dans les rangs de la CDU/CSU. La vérité oblige à dire que les actuels et officiels candidats à la succession, MM. Lascht et Söder, ne déchainent pas l’enthousiasme des députés de base chrétiens-démocrates. 

C’est même le contraire : tout ce qu’ils ont fait ou dit dans la période récente est qualifié par eux de «profondément décevant », rapporte la presse.

On peut se demander s’il n’y a pas derrière cette agitation la main agissante du clan Merkel.

Et voici qu’un nom a surgi, celui de Ralph Brinkhaus. Il est né en 1968 et a donc 52 ans, il est président du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag, élu et réélu dans la circonscription de Gütersloh, en Rhénanie Westphalie. C’est un économiste, universitaire de Hohenheim, et conseiller fiscal avant d’être député.

Il passe chez les députés de base pour l’homme politique suffisamment charismatique pour devenir chancelier. On est peut-être devant une surprise. Le tout est de savoir si Ralph Brinkhaus souhaite lui-même s’engager vraiment dans cette compétition difficile. Les paris sont ouverts.

A FEA, nous mettrions bien une petite pièce sur le coup, disons à 4 contre 1, pour rester raisonnable… AM

vaccinCarnivac-cov : c’est le nom que les responsables russes ont donné à ce qu’ils déclarent être le premier vaccin anti coronavirus autorisé pour les animaux.

Il aurait été testé depuis octobre dernier sur chats, chiens et visons, selon une administration dépendante du Centre fédéral vétérinaire.. Tous les animaux vaccinés ont produit des anticorps.

Pour le moment il n’y a pas lieu de vacciner, les risque de contamination des humains par des animaux est dans la pratique minime. De tels cas n’ont pas été scientifiquement enregistrés.

Mais le vaccin pourrait éviter à l’avenir une propagation de mutants du virus. La source administrative rappelle que les visons sont particulièrement réceptifs à un mutant des SARS Cov 2.

Rappelons que le Danemark a dû abattre des millions de visons et estime que le coronavirus a muté dans ces animaux pour devenir transmissible aux humains. Un zoo de San Diego aux USA a déjà vacciné des singes avec un vaccin spécialement développé pour les animaux.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 215 invités et aucun membre en ligne