carabinierLa très forte proportion d’emplois illégaux dans l’agriculture italienne n’est un secret pour personne. La police ne pouvait pas fermer les yeux très longtemps (enfin si, elle les fermait depuis toujours…), et un vaste contrôle vient d’être effectué sans préavis par les carabinieris.

Soupçons confirmés : sur 786 contrôles de salariés étrangers, 308 étaient en situation irrégulière ou illégale.

Ce contrôle a été effectué à la suite du décès d’un salarié d’origine indienne. La mort de ce salarié agricole indien a entrainé énormément de réactions.

Agé de 31 ans, il est décédé après avoir été abandonné trop longtemps dans son logement suite à un accident avec une machine, bras et jambes écrasés.

Cet accident s’est produit dans les champs au sud de Rome, une grande région européenne de production de kiwis. ll a été transporté trop tard à l’hôpital, qui ne pouvait plus le sauver.

L’affaire est entre les mains de la justice. Il y a eu de manifestations des syndicats de salariés contre les règles en vigueur pour l’immigration de salariés saisonniers, selon les besoins ou la situation économique.

Les syndicats de salariés dénoncent l’exploitation inacceptable de 230 000 saisonniers, le plus souvent payés à 2 €/heure, ainsi que la toute puissante main de la mafia (on devrait dire des mafias) dans l’affectation de ces salariés.

L’unité spéciale de carabiniers pour la protection du travail a inspecté 310 exploitations agricoles à travers tout le pays. Ce sont essentiellement dans les exploitations de fruits et légumes, que l’on a découvert les 308 emplois illégaux, soit dans 40 % des contrôles d’emplois effectués.

129 exploitations ont dû arrêter immédiatement leur production, dont certaines pour manquements graves de sécurité. Des pénalités de 1,70 Mio € ont été prononcées, et 171 personnes ont été renvoyés devant tribunaux. Les infractions les plus nombreuses ont été relevées en Latium, au Piedmont, dans les Abruzzes et en Sicile. Comme c’est bizarre….

hansenIl est luxembourgeois, il a 42 ans, il est fils d’agriculteur. Il est aussi, dans son pays, secrétaire général et député du parti populaire chrétien social.

Et c’est lui que la rumeur désigne comme probable Commissaire à l’agriculture dans la future Commission. Rien n’est sûr, dit ce commentateur prudent, mais c’est plausible…

Pourquoi pas en effet, mais de toute façon il faudra attendre la confirmation de la réélection de Ursula von des Leyen pour avoir des certitudes.

Né à Wilz en 1982, Christophe Hansen a obtenu à la Faculté de Strasbourg un master en géosciences, et il a été membre du Parlement européen de 2018 à 2023, où on l’a connu comme membre de la commission du commerce international.

Pour le poste, il est en rivalité avec des candidats plus ou moins déclarés italiens, portugais et autrichien.

Mais la perspective d’avoir un Commissaire meloniste ou venant de l’ultra droite ne séduit pas sur tous les bancs, bien entendu. On parle aussi de la tchèque Veronika Vrecionová, qui est considérée comme plus modérée, mais ce serait plutôt pour présider la commission agriculture du Parlement.

Au Parlement lui-même et compte tenu des récentes élections, il y aura deux nouvelles fractions parlementaires, l’une sous conduite hongroise et l’autres sous celle de l’AfD. 

Une division de la commission de l’environnement est envisagée.  Elle ne s’occuperait plus de Santé ni de Sécurité alimentaire, pour mieux faire apparaitre les problèmes de l’Environnement, dit-on.

volEn Allemagne, les vols en magasins sont estimées à 4,1 Mrd €. Les vols ont encore augmenté, surtout en droguerie et  habillement. Les estimations des spécialistes de cette question indiquent +15 % de vols.

Les coupables de ce pillage organisé sont d'abord les clients, qui représentent 2,82 Mrds de pertes.

Mais le personnel n'est pas blanc-bleu et a prélevé illégalement 910 mio € (ça fait une jolie prime de participation...).

Et comme il n'y a pas de raison de se gêner, les fournisseurs eux-mêmes, les sociétés de services et les livreurs se sont attribué pour 370 mio€ de part de butin.

Certes, Une partie de ces pertes s'explique par des défauts techniques d’identification des produits.

Mais les vols occasionnels et la banale cleptomanie ont augmenté co nsidérablement. Les spécialistes constatent surtout l’apparition de véritables bandes criminelles spécialisées. 

Les statistiques policières indiquent que ces vols ont augmenté de +23,6 % à 426 000 cas.  Mais les cas non découverts sont certainement élevés, si l’on s’en réfère aux différences d’inventaires constatées.

Les spécialistes estiment aussi que l’on « bagatellise » un peu trop facilement ces petits vols, qui portent maintenant sur des produits alimentaires classiques aussi bien que sur les tabacs, alcools et denrées de luxe.

D’ailleurs, on consacre que seulement 0,32 % du chiffre d’affaires est consacré à la prévention des vols. Il faudrait faire plus et mieux, préviennent les audits récents qui ne voient pas pourquoi, dans l'état actuel des choses, la situation s'améliorerait d'elle même.

 

DBV2024Traduction : attendons que ça passe… On a beaucoup utilisé naguère ce aussitzen pour caractériser l’attentisme politique de l’ex-chancelière Merkel.

On ressort l'expression du placard pour décrire l’actuelle stratégie des responsables des grandes organisations agricoles allemandes, comme celle du DBV qui vient de tenir son habituel Bauerntag à Cottbus. Et elle n’est pas sans risques…

Lesdites organisations n’attendent plus rien de ce gouvernement SPD-Verts-FDP qui étale de plus en plus ses oppositions et ses faiblesses, avec un chancelier décidemment très terne et dont la prestation à Cottbus a été jugée sévèrement.

Les responsables agricoles le disent, surtout après le dernier débat budgétaire, et dénoncent « la perte totale du sens des réalités de ce gouvernement ».

Le président du DBV lui-même ne ménage plus personne : « Avec ce gouvernement il n’y a plus rien à faire, et nous attendons ce qui viendra » disait-il récemment. Oui, mais personne ne connait le résultat des prochaines élections, ni la date à laquelle elles pourraient avoir lieu dans le cas où la coalition se briserait définitivement.   

Le premier risque de cette stratégie des organisations agricoles réside dans le fait que leurs adhérents ne la partagent qu’à moitié. Elles bouillonnent de colère et attendent des consignes. Les plus calmes demandent de plus en plus de mordant. 

Le second risque est de laisser l’extrême droite allemande continuer à vouloir progresser dans cette agriculture. En silence, tout doucement…

Et le troisième risque c’est de perdre l’avantage acquis lors des dernières manifestations qui sont arrivées à remettre au centre du débat de société la production et la sécurité alimentaires. On voit en effet à nouveau refleurir un certain agri-basching, avec des accusations de recherche de subventions illimitées.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 963 invités et aucun membre en ligne