criquetsEn Afrique de l’Est une course contre la montre est engagée contre les nuées de criquets pèlerins qui s’abattent sur les récoltes et la végétation, et qui sont les plus importantes depuis des décennies.

En Ethiopie, au Kenya, en Somalie, des nuées d’insectes menacent de créer une catastrophe humanitaire.

Du coup, les pesticides retrouvent grâce : il faut continuer à en épandre des tonnes, à terre et surtout à partir de moyens aériens. 

Le danger provient de l’éclosion d‘œufs qui ont été pondus, et il faut espérer que les épandages stoppent l’éclosion de nouvelles générations d’insectes.

De plus, il y a des nuées d’insectes qui viennent de zones difficilement accessibles, comme par exemple les zones politiquement instables de Somalie, qui sont contrôlées par les milices terroristes Al-Shabaab.

Lire la suite...

canon 1L’expression est de Markus Söder, le chef du gouvernement bavarois, à propos de l’accord entre les formations politiques de la Grande Coalition (CDU/CSU et SPD), d’accorder à l’agriculture 1 milliard d’aides sur quatre ans, aides à l’investissement et aux programmes d’environnement. Et qui constitue une réaction politique aux manifestations de ces dernières semaines. La décision est pour le moment un accord des partis.

Julia Klöckner ministre de l’agriculture, continue à considérer comme inévitables le renforcement des règles de fumures contre lesquelles les agriculteurs ont manifesté, et à souligner qu’il faut aider les agriculteurs à l’appliquer.

Certes, le DBV salue la volonté de consacrer 1 Mrd € sur 4 ans pour des investissements agricoles et des programmes agro-environnementaux. Mais le DBV demande aussi des améliorations techniques au projet de règlementation des fumures.

LsV (Land schafft Verbindung), à l’origine des grandes manifestations récentes, voit rouge. Ses agriculteurs se sont levés pour une politique adaptée et juste, pas pour que l’on cache des années d’erreurs, pour plus de considération, pas pour subir des vagues de jalousies.

Lire la suite...

apeelLes deux plus grandes chaines de distribution allemandes, Edeka et Rewe, testent la pulvérisation d’une fine couche de protection sur les fruits et légumes, substituée à l’emballage plastique.

Le produit pulvérisé est comestible, et maintient le fruit ou le légume plus longtemps dans son état de fraicheur. A la fin de l’année dernière, Edeka a commencé la vente dans certains magasins d’avocats ainsi traités. Cette seconde peau diminue la perte d’eau et ralentit la pénétration de l’oxygène, qui sont les deux principaux facteurs du périssement rapide des fruits et des légumes.

Pour le moment les essais portent sur des produits dont la peau n’est pas consommée, car pour l’étendre à d’autres, il faudra passer par des opérations d’information des consommateurs.

Edeka travaille le sujet avec le groupe américain Apeel Sciences qui a développé cette protection à partir de substances uniquement végétales, obtenues dans différentes parties de fruits et de légumes. Elle dispose d’une trentaine de recettes y compris pour les fraises, tomates ou pommes.

Elle en demande les autorisations européennes. Chez Rewe, qui travaille avec l’entreprise britannique AgriCoat NatureSeal, des fruits traités sont vendus dans 860 magasins Rewe ou Penny. Les deux chaines espèrent un élargissement rapide de l’application à une large palette de fruits et de légumes.

Lire la suite...

goLa clause du Deal de première phase avec la Chine, dont Donald Trump ne parle pas.

Les experts lecteurs attentifs de l’accord récent entre Pékin et Washington pointe une clause qui selon eux fragilise la promesse chinoise d’acheter plus de produits agricoles américains. Les Bourses ne s’y sont pas d’ailleurs pas trompées.

Cette clause dispose notamment que les achats auront lieu « selon la situation des marchés ».

Cela signifie que la Chine fixe ses besoins et que les produits doivent être compétitifs. Ce sont les règles du marché qui s’appliquent puisqu’il n’y a pas d’achats publics prévus.

Les droits de douanes ultra pénalisants appliqués par la Chine, comme par exemple le taux de 60 % sur la viande porcine US, ces droits restent en vigueur jusqu’aux résultats de la phase 2 des négociations.

Trump est assez fort au baseball où il faut donner un bon coup de batte; mais les Chinois eux, jouent au jeu de go : un petit pion bien joué suffit à paralyser l’adversaire…

Lire la suite...