mariani mayLe domaine Castello Banfi est le plus important de la prestigieuse appellation toscane Brunello di Montalcino.

Il s’étend sur 2830 ha, dont 1/3 en vignes parmi lesquelles 173 ha de DOCG Brunello di Montalcino.

Le domaine comprend aussi Il Borgo, un Relais&Chateau-Hôtel ; on y produit en outre des céréales, des olives, du miel et des prunes. 

Le chiffre d’affaires était de 68 Mio € en 2018, avec un résultat net de 2,2 Mio €.

Lorela Carresi, chargée des relations publiques, confirme que des discussions ont lieu depuis des mois avec LVMH, mais elle ne peut pas faire état des résultats.

Ce plus beau site de la région du Brunello a été créé en 1978 par la famille Mariani, importatrice de vins aux USA. Ainsi ont été ouverts des marchés d’exportation au Brunello. 

Le domaine est actuellement géré par Cristina Mariani-May (notre photo). En cas d’acquisition LVMH serait le deuxième groupe français de luxe à s’implanter dans l’appellation Brunello, après le groupe EPI, de la famille Descours, qui s’y est installé fin 2016, sur le domaine Il Greppo-Biondi Santi, le légendaire berceau du Brunello. AM

NB- Pour un petit Brunello, comptez 30-40 € chez le producteur, et pour un magnum de Madonna delle Grazie (Il Maronnetto) 1983, comptez environ 1650,00€. Bonum vinum gaudeat cor hominis…

erregulaLa mégaferme « Erregula Plains » à Mingnenew en Australie a été vendue pour 97 Mio € au fonds d’investissements Daybreak Cropping.

Il s’agit de la plus grande vente agricole dans l’Ouest australien.

Le prix correspond à 4 400 $ l’hectare, pour plus de 22 000 ha. Le domaine appartenait à une même famille depuis trois générations.

Il est connu pour ses bonnes terres, à hauts rendements et bénéficiant de précipitations régulières.

Le capital du fonds d’investissements acquéreur est en majorité d’origine nord-américaine, mais avec des participations européennes et asiatiques.

criquetsEn Afrique de l’Est une course contre la montre est engagée contre les nuées de criquets pèlerins qui s’abattent sur les récoltes et la végétation, et qui sont les plus importantes depuis des décennies.

En Ethiopie, au Kenya, en Somalie, des nuées d’insectes menacent de créer une catastrophe humanitaire.

Du coup, les pesticides retrouvent grâce : il faut continuer à en épandre des tonnes, à terre et surtout à partir de moyens aériens. 

Le danger provient de l’éclosion d‘œufs qui ont été pondus, et il faut espérer que les épandages stoppent l’éclosion de nouvelles générations d’insectes.

De plus, il y a des nuées d’insectes qui viennent de zones difficilement accessibles, comme par exemple les zones politiquement instables de Somalie, qui sont contrôlées par les milices terroristes Al-Shabaab.

Lire la suite...

canon 1L’expression est de Markus Söder, le chef du gouvernement bavarois, à propos de l’accord entre les formations politiques de la Grande Coalition (CDU/CSU et SPD), d’accorder à l’agriculture 1 milliard d’aides sur quatre ans, aides à l’investissement et aux programmes d’environnement. Et qui constitue une réaction politique aux manifestations de ces dernières semaines. La décision est pour le moment un accord des partis.

Julia Klöckner ministre de l’agriculture, continue à considérer comme inévitables le renforcement des règles de fumures contre lesquelles les agriculteurs ont manifesté, et à souligner qu’il faut aider les agriculteurs à l’appliquer.

Certes, le DBV salue la volonté de consacrer 1 Mrd € sur 4 ans pour des investissements agricoles et des programmes agro-environnementaux. Mais le DBV demande aussi des améliorations techniques au projet de règlementation des fumures.

LsV (Land schafft Verbindung), à l’origine des grandes manifestations récentes, voit rouge. Ses agriculteurs se sont levés pour une politique adaptée et juste, pas pour que l’on cache des années d’erreurs, pour plus de considération, pas pour subir des vagues de jalousies.

Lire la suite...