irlandelaitLes laiteries irlandaises ont en 2023 et pour la seconde fois consécutive collecté moins de lait que l’année précédente. Et les perspectives ne sont pas bonnes.

Le géant laitier irlandais vacille et s’interroge. Dans l’Île Verte, les laiteries ont vu leur collecte diminuer de - 4,1 % en 2023 par rapport à l’année d’avant. Celle-ci avait déjà diminué sur 2021.

On doit y voir au moins une pause dans l’expansion de la production. Rappelons que durant les dix dernières années la disponibilité de matière première lait a augmenté de +63 %.

Mais les prix bas du lait, des conditions climatiques défavorables avec des sécheresses, ou inversement de trop fortes précipitations, ainsi que des changements dans les exceptions à la règlementation sur les nitrates ont conduit à cette amorce de décapitalisation.

Beaucoup d’éleveurs laitiers irlandais réfléchissent maintenant à une vente de leur cheptel devant la non-rentabilité qui se confirme. Les experts irlandais estiment que « l’inondation de lait » est pour l’instant terminée. Avec une question supplémentaire : l’Irlande pourra-t-elle encore longtemps garder ses parts de marché à l’exportation ? 

WojecowskyCette injonction vient de Pologne, et elle concerne le polonais Janusz Wojciechowski, le Commissaire européen à l’agriculture.

Elle vient même de Jarosław Kaczyński, chef du parti PiS, le propre parti du Commissaire.

Du coup, celui-ci, qui a mobilisé à Bruxelles d’importante aides pour les agriculteurs polonais, surtout à l‘occasion des dernière élections générales, se trouve assis entre deux chaises, même s’il rejette cette exigence de démission, et défend son action pour l’agriculture.

Les aides mobilisées pour les Polonais avaient attiré au Commissaire d’inhabituelles critiques des gouvernements des autres pays.

De toute façon le mandat de Wojciechowski comme Commissaire se terminera en 2024, après les élections européennes de juin prochain.

Au PiS, on justifie cette demande de démission par les manifestations des agriculteurs polonais qui ont bloqué les frontières avec l’Ukraine, l’opposition au libre-échange avec l’Ukraine, et à cause de toute la politique agricole européenne notamment le Green Deal

bahijahLe MV Bahijah, un beau bateau-bétaillère australien, a erré en mer pendant plus d’un mois avec à son bord quelque 14.000 moutons et 1.500 bovins.

La raison : les attaques des rebelles Houthis en Mer Rouge, qui ont bloqué son passage à destinations d’Israël et de la Jordanie.

Puis le contournement par l’Afrique du Sud a été refusé, car la durée de navigation n’aurait pas été compatible avec la santé des animaux.

Retour donc vers l’Australie, mais là il faut, avant d’accoster et de décharger, respecter une période de quarantaine.

Naturellement, les protecteurs des animaux ont dénoncé une « situation scandaleuse », mettant en  doute les affirmations du ministère de l’agriculture selon lequel « les animaux se portaient bien ».

ABCDLes profits du Top 5 des géants mondiaux du commerce des produits agricoles ont énormément augmenté ces dernières années. ADM, Bunge, Cargill, COFCO et Louis Dreyfus Company, en abrégé ABCCD, ont triplé leurs bénéfices en trois ans selon SOMO Recherches Amsterdam.

Ils ont une position de monopole dans les marchés mondiaux de produits alimentaires de base.

Les scientifiques Vincent Kiezebrink et Maarten Hietland se disent convaincus dans leur dernier rapport que ces positions ont des conséquences importantes sur les prix, les couts, et l’inflation.

Les bénéfices des Cinq ont augmenté en 2021 et 2022  à un niveau jamais atteint, et semblent rester à ce niveau pour 2023. Ils se sont constitués dans une période de prix alimentaires élevés, et de variations importantes des cours sur les marchés agricoles.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 1068 invités et aucun membre en ligne