hausseÇa monte, et ça monte vite. Les prix mondiaux des produits bruts agricoles ont augmenté pour le 9eme mois consécutif. L’indice des prix des 55 principaux produits saisis par la FAO a atteint en février 2021 les 116 points, le plus haut niveau depuis juillet 2014. (+26,5 % en un an).

Les prix des céréales, du sucre, des huiles végétales et des produits laitiers sont actuellement les champions de l’augmentation des prix mondiaux.

Cette évolution contamine maintenant presque tous les secteurs de produits bruts agricoles.

Dans le détail : le sucre a augmenté le plus, +6,4% en 1 mois, suivi des oléagineux +6,2 %, au plus haut niveau depuis 2012 ; l’indice des produits laitiers a progressé de +1 ,7 % en un mois, et l’indicateur des prix des céréales de + 1,2 % selon la FAO. L’indice des prix de la viande a progressé de +0,6%. Même les prix du porc se redressent, c'est tout dire!

palmeölOn vote le 7 mars dans la Confédération helvétique sur un projet de libéralisation des échanges avec l’Indonésie. En fait, tout tourne autour de l’huile de palme. Et ce débat politique suisse aura certainement des suites en UE.

C’est la destruction de la forêt tropicale sur Bornéo qui est au centre des débat enflammés qui ont lieu à l’initiative du collectif « Stop Palmöl !» créé autour du viticulteur bio genevois Willy Cretiny, collectif qui diffuse partout cette affiche d'un orang-outang perdu.

vonCramonViola von Cramon, députée Grünen au Parlement européen, reproche à la Commission de faire semblant d’ignorer que des aides agricoles européennes sont détournées dans certains pays membres. Pour parler clair : en Hongrie, Tchéquie, Roumanie, Slovaquie et Bulgarie.

Elle est membre de la commission de contrôle budgétaire et s’appuie pour porter ces très graves accusations sur le rapport rédigés par les Verts « Where does the EU money go ? ».

Elle reproche de même aux autres pays d’ignorer ces scandales, avertissements, et les protestations diverses déjà émises.

conseil CovidOn se boude, on s’interpelle, on se conteste, on s’interroge : le courant ne passe pas entre les deux pôles politiques du « Trilogue », le Parlement et le Conseil – pour le moment la Commission compte les points. Ou plutôt si : le courant passe, mais sous forme de décharges un peu brutales et agressives.

Dans le dernier round des négociations sur la PAC, les parlementaires européens ont reproché son « inflexibilité » au Conseil des ministres de l’agriculture, qui reste sourd aux demandes des députés. Lesquels sont devenus chatouilleux, car non seulement le Conseil les ignorent, mais en plus la présidente portugaise les snobe : elle n’est venue qu’une seule fois à leurs réunions, pour se présenter avec un grand sourire et une déclaration de pure politesse, et depuis plus rien.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 3780 invités et aucun membre en ligne