villiersTheresa Villiers vient d’être nommée au ministère de l’Agriculture dans le gouvernement de Boris Johnson. Cette juriste de 51 ans, née à Londres le 5 mars 1968, ne faisait pas partie du gouvernement May, mais de ceux de David Cameron.

Elle est très favorable au Brexit, et s’est prononcée contre le plan Backstop pour l’Irlande du Nord. Membre du Parti conservateur, elle a déjà été Secrétaire d’Etat aux transports, de 2010 à 2012 puis, de 2012 à 2016, ministre pour l’Irlande du Nord. Avant, elle était députée conservateur britannique au Parlement européen à partir de 2005. Elle se dit prête à soutenir un Brexit dur.

Son prédécesseur dans le gouvernement de Theresa May est Michael Gove qui se retrouve dans l’aimable sinécure que constitue le titre de chancelier du duché de Lancaster. The Chancellor of the Duchy of Lancaster est chargé de gérer les biens mobiliers et immobiliers, et les rentes du duché de Lancastre. Il est désigné par le souverain sur avis du Premier ministre.

Rappelons que le duché de Lancaster est la propriété personnelle du souverain régnant, donc de l’actuelle reine Élizabeth II. Le duché est constitué de quelques 18.500 ha de biens fonciers, immobiliers, agricoles et forestiers, d’aménagement urbain, de monuments historiques etc. On estime sa valeur à environ 500 mio £. Les revenus annuels sont évalués à environ 16 mio £ par an. AM

Soyons cruels : l’affaire des Paradise Papers (2017) a montré que le duché de Lancastre ne dédaignait pas l’optimisation fiscale par l’intermédiaire de certains paradis fiscaux parfaitement infréquentable. Plus ténébreux encore : le duché serait (ou aurait été) investisseur dans une société de sinistre réputation, la BrightHouse, qui vend du mobilier par un système de location crédit à des taux exorbitants, on dit jusqu’ à 99%. Comme le chante Charles Trenet : Tout est Duc ici, Monsieur, tout est Duc/Tout est au Duc, tout est au Duc

johnsonNombre d’observateurs estiment que la date du 31 octobre sera à peu près impossible à tenir, sauf à courir à la catastrophe. Boris Johnson ayant été élu président du Parti conservateur (92 153 voix contre 46 656 à Jeremy Hunt) c’est donc lui que la Reine a nommé Premier ministre au10 Downing Street, en remplacement de Theresa May. Le nouveau premier ministre s’est empressé de garantir que la Grande-Bretagne serait sortie de l’UE pour le 31 octobre, avec ou sans accord européen.

Mais l’agriculture britannique veut, elle, un accord de sortie avec l’UE. Des responsables professionnels importants ont demandé à Johnson, au cours de la période pendant laquelle il a exposé son « plan », de se concentrer sur la stabilité et d’éviter des « attitudes de politiques populistes ». 

La présidente de la NFU (National Farmers Union), Minette Batters a déclaré : « Nous avons l’occasion de développer une nouvelle politique agricole qui fonctionnera pour la Grande-Bretagne, et qui apportera un avenir durable, vivant, et compétitif à notre agriculture. Mais un accord avec l’UE reste indispensable pour maintenir la liberté des échanges avec notre voisin le plus proche, qui est aussi notre plus important partenaire commercial, ainsi que pour maintenir l’accès aux personnes qui viennent travailler dans nos fermes ».

Lire la suite...

jensens danoisA 55 ans, il prend en charge le département agricole de ce gouvernement de minorité social-démocrate du Premier ministre Frederiksen. En même temps, est actée une modification des compétences du ministère. En particulier, on note que l’Environnement ne fait plus partie de son domaine, comme c’était les cas jusqu’à maintenant.

Dans ce nouveau gouvernement, ses compétences seront séparées dans deux ministères. Le ministère de l’agriculture gardera la responsabilité des pêches et de la coopération avec les pays nordiques.

Morgens Jensen est parlementaires danois depuis 2005, et il était au gouvernement de Mme Helle Thornig-Schmidt chargé du ministère du commerce entre 2014 et 2015. En fait pour le public danois cette nomination à l’agriculture est une surprise car elle attendait ce syndicaliste au ministère de la culture et de la communication.

Ce gouvernement minoritaire danois se fixe des objectifs environnementaux ambitieux, qui touchent largement l’agriculture. Selon l’accord trouvé avec les partis politique qui tolèrent ce gouvernement de minorité, les gaz à effets de serre doivent être réduits de 70% par rapport à l’état de 1990. Cet objectif prévoit des réductions pour le secteur agricole.

L’accord prévoit également le doublement de l’agriculture bio qui atteint déjà 10 % de la surface. Le plan prévoit en outre des mesures de respect de la directive eau européenne et la diminution de l’utilisation de pesticides. Un plan de réduction des émissions pollutions azotées est annoncé…

femme abattoirDont un peu moins de 25 000 uniquement à temps partiel, soit 13 % du total. Le nombre d’emplois à temps complet, a augmenté de +2 % par rapport à 2017, à 132 500. Le nombre de personnes en formation dans les secteurs abattages et transformation, a par contre diminué de - 4,6 % en 2018 ; et pour les apprentis, à 4 183, on atteint à peine la moitié du nombre d’il y a dix ans, plus de 10.000. 

Un peu moins de 49 % des salariés des secteurs abattages et transformation étaient des femmes. Ce taux était de 70 % pour les salariés à temps partiel. Dans l’économie générale le taux de femmes à temps partiel est de 61 %. 

Selon cette étude gouvernementale, le salaire brut mensuel des temps complets était en moyenne de de 2 058 €/mois fin 2017. Dans l’économie générale, ce salaire était en moyenne de 3 209 €.

Les hommes ont gagné 2 236 € en abattage et en transformation, et les femmes 1 831 €. D’après les chiffres de 2014disponibles, 39 % des salariés, hors apprentis, ont travaillé au salaire minimum. Dans les Länder Est, ils étaient 75 %.

Le gouvernement n’a pas pu donner d’indication chiffrée sur les travailleurs détachés par manque de données statistiques. AM

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 121 invités et aucun membre en ligne