halloumiLe « halloumi » s’est mis en travers du CETA. La cause de ce fromage à griller a mobilisé les députés de gauche au parlement chypriote, qui n’a pas ratifié l’accord international : 38 voix contre et 18 voix pour la ratification. « Cet accord ne protège pas suffisamment le fromage halloumi ni d’autres produits agricoles de l’île » ont estimé les élus. 

On sait que cet accord CETA est entré provisoirement en vigueur en septembre 2017, et qu’il est en grande partie déjà appliqué. Mais les parlements des pays membres européens doivent le ratifier pour permettre une application pleine.

Le fromage à griller halloumi (lait de brebis et lait de chèvres pour les puristes, avec une partie de lait de vache pour les touristes) est un produit national chypriote beaucoup exporté - et déjà beaucoup concurrencé par des fromages turcs ou arabes de même nature.

La gauche et les Verts chypriotes dénoncent les insuffisances et les dangers de cet accord. Le gouvernement de Nicosie va tenter d’obtenir quelques exceptions à l’accord pour les produits chypriotes, avant de relancer la procédure de ratification au parlement. AM

Vallat 1Bernard Vallat, qui fut directeur de l’Office International des Epizooties de 2000 à 2015, vient d’être réélu (fin juin) président de la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT). Il a donné au bimestriel Paysans & Société, numéro juillet-août, et à notre éminent confrère (…et bien aimé gérant de la Socopag) Michel Bourdoncle un long entretien sur les problèmes posés par la pandémie de Covid-19 et plus généralement sur le concept de santé globale dont il est l’un des inspirateurs.

Nous reproduisons ci-dessous cette interview, avec l’aimable autorisation de l’auteur et de Paysans et Société.

Paysans & Société: Est-ce que les épizooties nous apprennent quelque chose sur les pandémies humaines ?
Bernard Vallat : Les méthodes de prévention et de contrôle des épizooties animales sont applicables aux pandémies humaines. Les stratégies de vaccination, d’isolement des malades et des contacts et de désinfection sont similaires. Ce qui change, dans certaines situations et en l’absence de vaccin efficace, c’est le recours à l’euthanasie des animaux malades et de ceux qui ont été en contact avec eux. Chez l’homme, la variole a pu être éradiquée à partir d’un vaccin issu du virus de la vaccine, une maladie infectieuse bénigne qui frappe les bovins. À ce jour, la variole est la seule pandémie humaine à avoir été complètement exterminée. Cela démontre que l’expérimentation chez l’animal est essentielle pour vaincre les pandémies humaines.

Lire la suite...

viandeL’industrie de la viande est en désaccord avec le projet de loi du gouvernement sur le travail détaché en abattage-découpe.
Le gouvernement allemand vient d’arrêter son projet de loi sur le contrôle du travail dans l’industrie de la viande en Allemagne. Le ministre SPD du travail, Hubertus Heil, annonce la fin des contrats de travail détaché dans l’industrie de la viande, et des sanctions renforcées.

Ce projet de loi contient d’autres dispositions de droit du travail, mais sa disposition centrale interdit l’emploi de personnel étranger à l’entreprise dans les secteurs de l’abattage et de la découpe. L’exploitant de l’abattoir est responsable de tous les salariés de ces secteurs clés.

La loi serait valable pour les contrats de détachement à partir du 1/1/2021. En sont exceptées, les entreprises artisanales du secteur viandes de moins de 50 salariés. Les pénalités seraient doublées et iraient jusqu’à 30 000 €.

Lire la suite...

mancha 2Ce breuvage de laboratoire, c’est déjà un crime que de l’appeler vin. La branche viticole espagnole est secouée par un nouveau scandale à Valdepeñas, dans la province de Ciudad Real, au sein de la communauté autonome de Castille-La Mancha.

Selon les médias espagnols, la Gardia Civil a arrêté des participants à un réseau de 60 sociétés diverses des Pays-Bas, d’Autriche, de Belgique, de France, de Moldavie et de Russie. La fraude porterait provisoirement sur 42 mio de litres de vins et de distillats faussés, d’une valeur supérieure à 100 mio €.

Au centre de l’action, il y aurait divers producteurs de Ciudad Real. A partir de là, le réseau agissait en Europe, en particulier en s’approvisionnant en isoglucose en Belgique et aux Pays- Bas, comme ersatz de moûts pour fabriquer leur faux vin.

L’isoglucose est issu de maïs, de blé ou de pommes de terre, et coute la moitié du prix du concentré rectifié de moûts de raisin, et il est obtenu bien plus rapidement. L’alcool rectifié nécessaire aux faussaires provient également des Pays-Bas. Dans les bodegas, il y eu également additions de sous-produits chimique de distillation, substances que l’on trouve également dans le vin.

Lire la suite...