bleARG ogmLe gouvernement de Buenos Aires présidé par Alberto Fernandez est le premier dans le monde à autoriser la culture d’un blé OGM. La décision vient d’être prise, mais avec la réserve - importante- que le Brésil qui est son plus gros marché, en fasse de même. 

Le ministère de la Science que dirige Roberto Salvazerra indique que le blé tolérant à la sécheresse HB4 « Event », a été mis au point dans le cadre d’une coopération scientifique entre des instituts de l’Etat et l’entreprise Bioceres. C’est une réussite mondiale estime ce ministère.

Le ministre de l’Agriculture Luis Basterra confirme pour sa part que le blé Event permettra une production adaptée au stress croissant de sécheresse qui est apparu depuis plusieurs années en Amérique du Sud. Les récoltes seront plus sûres.

Lire la suite...

Nobel 020La microbiologiste française Emmanuelle Charpentier a publié il y a six ans, en 2014, en compagnie de la chercheuse américaine Jennifer Doudna, la découverte du ciseau de gènes Crispr Cas 9, dans la revue «Sciences».

Cette très brillante scientifique, aujourd’hui âgée de 51 ans, est née à Juvisy sur Orge (91).

Docteur de l’Université Pierre et Marie Curie, passée par l’Institut Pasteur. Après avoir travaillé dans différents grands laboratoires de recherche américains, puis autrichien, puis suédois, elle a été appelée en 2015 à un poste de directrice à l’Institut Max Planck à Berlin. 

Depuis 2018, Emmanuelle Charpentier est directrice du Centre de recherche Max Planck pour la science des pathogènes (Max-Planck-Forschungsstelle für die Wissenschaft der Pathogene).

Lire la suite...

farmers10 020Les quelques deux millions de fermiers US ont été parmi les grands soutiens de Donald Trump lors de son élection de 2017. Mais aujourd’hui, la guerre commerciale avec la Chine les touche directement, en dépit des aides massives distribuées par le gouvernement fédéral. Les analystes se demandent combien d’entre eux redonneront leurs voix à Trump lors du scrutin de novembre. 

Les farmers américains exploitent au total 186 Mio ha de SAU, soit en moyenne statistique 180 ha par exploitation, mais 50 % d’entre eux sont pluriactifs sur 60 ha en moyenne.

Chaque année les rendements des récoltes augmentent de +3 % et même de 4% dans les productions animales. Tous les excédents de production doivent être exportés, surtout vers l’Europe et la Chine, à coups de déséquilibres dans les échanges.

Lire la suite...

silo algerieLa France peut se faire quelques soucis à propos de son débouché algérien : le blé russe, c’est moins bien, mais c’est moins cher, et il y a du disponible… 

Le gouvernement algérien a actuellement dans ses projets de diminuer les critères de qualité qu’il exige habituellement pour ses importations de blé. Le but est clair : ramener la Russie dans le jeu, au détriment de la France.

L’OAIC, l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales, est en train de modifier les spécifications pour l’importation de blé, de telle façon que le blé russe puisse participer aux soumissions, en augmentant le pourcentage de grains cassés et en diminuant le taux brut de protéines.

Sont en discussion un taux de 0,5% de grains cassés et 12,5 % de protéines. Pour le moment ces modifications sont annoncées, mais pas encore décidées.

Lire la suite...