Wojciechowski 2Le Commissaire européen à l'Agriculture, le Polonais Janusz Wojciechowski, relève que pour la première fois il y aura plus d’argent pour le budget agricole.

La plupart des députés européens de la commission de l’agriculture du Parlement européen viennent de se féliciter des propositions de financement pluriannuel 2021/ 2027 du budget européen proposé par la Commission européenne.

Et, c’est exact, les pressions diverses pour une diminution du budget agricole ont disparu.

On a tout de même un peu de mal à suivre les différents calculs effectués concernant les sommes mises sur les tapis, entre aides de crise, perspectives budgétaires pluriannuelles et financement de la PAC.

D’ailleurs, à y regarder de plus près, les avantages pour l’agriculture sont des plus modérés. Manifestement, ce n’est le secteur prioritaire…

Lire la suite...

Mitloehner 2 "Une nouvelle évaluation des émissions de méthane dans les élevages est soumise actuellement à des études scientifiques. Hélas, les medias n’en disent rien" constate un scientifique US, le Dr Frank Mitloehner, professeur spécialiste de la qualité de l’air à l’Université de Californie.

Il se réfère à des études de l’Université d’Oxford, sur des différences entre méthane biogène issu d’élevages, et méthane fossile provenant du pétrole ou du gaz.

Chimiquement c’est le même gaz, mais la différence d’origine n’est pas sans conséquence et les effets sur le climat sont totalement différents, selon le Dr Mitloehner.

Trois gaz principaux composent les gaz à effets de serre : CO2 gaz carbonique, CH4 méthane et N2O dioxyde d’azote. CO2 et N2O sont considérés comme gaz à effet de serre de longue durée dans l’atmosphère. Le méthane par contre se transforme en 10 ans en CO2, lui-même absorbable par les plantes.

Lire la suite...

UE 5Depuis toujours, on polémique chaque année à Bruxelles sur quelques maigres pourcentages d’augmentation du budget européen. Mais le roi Coronavirus peut tout, puisque, en ce moment, on évoque un quasi doublement de ce budget.

Le programme conjoncturel européen de 750 Mrds €, proposé pour faire face aux conséquences de la crise actuelle, bénéficiera notamment à l’agriculture, avec 15 Mrds € qui doivent aller aux fonds de développement rural. Pour le budget agricole lui-même, les diminutions disparaissent et on augmente ainsi la partie développement rural qui devait être ponctionnée avant la pandémie.

Dans les propositions budgétaires pluriannuelles de la Commission européenne, l’agriculture serait dotée de 290,7 Mrds €. Pour les aides directes et les dépenses de marchés, 54,5 Mrds € de plus que dans le budget 2018 sont prévus, en prix courants ; pour le développement rural +5,44 Mrds € en prix courants ; auxquels s’ajoutent 16,4 Mrds € en prix courants du fonds Corona sous le titre « New Generation UE ».

Lire la suite...

Allemagne:  tous étaient au courant !

Subitement les politiques allemands veulent faire le ménage dans les abattoirs, et sur le champ ! Tous trouvent la situation « effrayante », selon le mot choisi par la Chancelière ! Mais tous étaient au courant depuis au moins une décennie de l’existence des travailleurs détachés dans les abattoirs, des concessionnaires exploiteurs de ce type très douteux d’externalisation du travail.

Tous étaient au courant des prix du dumping sur les viandes offerts grâce à cette sous-évaluation de la main d’œuvre. On est tout simplement devant l’une des grandes hypocrisies de cette filière allemande… mais elle est loin d’être la seule !

Sans vouloir remonter trop loin, rappelons qu’en juillet 2014 la branche viandes a signé un code de bonne conduite, et d’autocontrôle, en s’obligeant à respecter les standards sociaux en vigueur, pour le travail et dans les logements des travailleurs détachés.

Les six grands industriels de la viande l’ont signé pour tous, devant le ministre de l’économie de la même grande coalition, sous conduite de la même chancelière.    Résultats : zéro.

En septembre 2015, la branche a signé un engagement volontaire contre le dumping social. Selon cet engagement tous les salariés auraient dû être engagés directement par les entreprises, et rejoindre d’ici juillet 2016les régimes sociaux en vigueur en Allemagne. Tous les grands l’ont signée, et les ministres se sont glorifiés « d’un pas de géant ».
Résultats : pas grand-chose

En 2017 le Bundestag a voté un texte de loi pour garantir les droits des salariés dans l’économie de la viande, toujours sous le règne de la même Angela Merkel, chancelière depuis 2005.
Résultats : nuls

Lire la suite...