impossibleburgerAux USA, la demande en ersatz de viandes dépasse les capacités des producteurs actuels. En UE, les grands distributeurs bougent et ne veulent pas rater ce train-là. Cela peut-il réussir sans OGM, et sans biotechnologies modernes ?

Beyond Meat, la startup californienne créée en 2009, a collecté en Bourse le mois dernier près de 500 millions $ d’argent frais, et sa cotation a explosé (introduite début mai au NYSE à 25 $, l’action a dépassé la barre des 100$ à fin mai.). Cette entreprise produit des ersatz de viandes, en burgers, saucisses ou hachés, au gout de dit de viande bovine ou de viande de volailles.

Ses produits sont maintenant présents dans 35 000 supermarchés des USA, et la production n’arrive pas à suivre la demande. A cause de ce décalage l’introduction prévue pour le début de cette année sur le marché allemand a été reportée. Lidl vient de s’assurer les droits exclusifs de vente, et veut mettre ces produits végan en vente à partir du 1er juin, mais avec la réserve « jusqu’à épuisement des stocks ».

Lire la suite...

genome editingCe pays est devenu ces dernières années (et en partie sous l’effet de l’embargo occidental…) un pays exportateur important pour certaines productions agricoles, les céréales surtout.

C’est aussi un Etat qui a maintenu jusqu’à présent l’interdiction de cultiver et d’importer des plantes OGM. Ce qui ne met pas l’agriculture russe à l’abri des mauvaises années, des variations de rendement et de fortes fluctuations des prix.

La Russie veut désormais stabiliser et mieux sécuriser ses rendements agricoles.

Elle a fait connaitre, il y a quelques jours, un programme de 1,7 Mrd $, pour développer l’année prochaine 10 variétés de plantes et espèces animales améliorées par Génome Editing, et 20 autres d’ici 2027.

C’est une décision qui a d’abord étonné par rapport à sa règlementation des OGM.

Lire la suite...

UE 3Les agriculteurs allemands ont voté aux élections européennes pour la CDU/CSU à 60%, soit en gros deux fois plus que le reste de la population.

En revanche le vote agricole pour les Verts n’est que de 5%, contre 20-23% en moyenne.

Le vote des agriculteurs pour les sociaux démocrates du SPD n’est que de 7%, près de trois fois moins que les autres catégories.

L’AfD, extrême droite, recueille 10% des votes agricoles, à peu près dans la moyenne.

L’extrême gauche (Die Linke) est à 3% contre 5-6% en moyenne.

danemark porcLes mouvements de restructuration de l’agriculture danoise ont été violents entre 2008 et 2018. Ils traduisent une situation déséquilibrée, et même dangereusement compromise.

Selon les chiffres de L & F, l’organisation qui chapeaute tout le secteur agroalimentaire danois, le nombre d’exploitations agricoles a diminué en dix ans de 9 301 explorations, soit - 21,4 % à un total de 34 114 exploitations. Pour les élevages porcins la diminution est de - 46,3 % ou de -2 694 élevages, et il n’en reste plus que 3 125 unités. La part de l’élevage porcin dans le total des exploitations a diminué de 13,4 % à 9,2 %. Parmi les élevages porcins, le nombre d’exploitations avec truies et porcs à l’engrais à partie de 50 kg, a diminué de plus de moitié dans les dix dernières années, pour aboutir à 1173 exploitations.

Pour les élevages d’engraissement près de la moitié a cessé, et il y avait seulement 1320 élevages d’engraissements en 2018. La restructuration était moins forte pour dans la catégorie des naisseurs. Leur nombre n’a diminué « que » de -23,7 % à 440 élevages. Dans les élevages de porcelets jusqu’à 50 kg, sans truies, il y a eu un recul sur 10 ans de -37 %, et il y en restait encore 192 l’année écoulée.

Lire la suite...

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 172 invités et aucun membre en ligne