laitgrand8La ministre Julia Klöckner commence à perdre patience face aux partenaires de la filière : ou bien vous vous mettez d’accord rapidement, ou bien le gouvernement imposera ses décisions.

La ministre de l’agriculture veut une position commune pour l’automne à venir, faute de quoi elle décidera librement de l’application de l’article 148 du règlement commun européen des marchés, concernant les possibilités en matière de contrats de livraison de lait aux laiteries, les prix, les quantités livrables à fixer, et l’organisation de la branche.

Cette prise de position de la ministre ne fait que traduire la perte de patience des politiques au pouvoir, devant des positions divergentes aussi bien au sein des organisations professionnelles, DBV, Coopération, BDM et AbL, que dans les laiteries, entre coopératives et laiteries privées, entre Nord et Sud de l’Allemagne, entre laiteries à marques de produits laitiers et laiteries surtout productrices de beurre et de poudre. Sans parler des partis politiques. 

Quant au très influent Institut de recherches von Thünen, il vient d’entrer dans le débat en rendant public un avis sous le titre qui se voudrait lisse « Comment les producteurs de lait peuvent ils se protéger contre les variations du prix du lait ».

Mais pour ces très sérieux analystes, le constat est sévère : le prix du lait « fait le grand 8 ». En 2013 les producteurs étaient payés 42,3 cts le litre, en 2016 seulement 22,8 cts, et en 2018 à nouveau 35,3 cts. Cela fait de la production laitière une affaire risquée.

Que peut-on faire contre ? Von Thünen examine des options souvent discutées. AM

Lire la suite...

eolienne 2Jusqu’à 6 milliards de sauterelles, abeilles, guêpes et insectes divers en seraient victimes chaque jour !

Une étude de modélisation a été récemment effectuée par le Centre allemand de l’aviation et de l’espace, Deutsches Zentrum für Luft-und Raumfahrt (DLR). On savait depuis longtemps que les éoliennes pouvaient être des pièges pour les oiseaux et les chauves-souris. L’étude vient montre que les rotors impactent beaucoup de populations d’insectes. Les spécialistes de DLR ont calculé que les pertes d’insectes s’élèvent à 1200 tonnes par an en Allemagne. En comparaison on cite le chiffre de 400 000 t d’insectes avalées par les oiseaux dans les forêts allemandes.

Les scientifiques ne peuvent pas tirer de conséquences globales de l’évaluation de ces pertes, sur les populations d’insectes. On ne peut pas non plus faire de comparaisons avec d’autres types de pertes d’insectes comme par exemple l’utilisation d’insecticides, l’urbanisation, le changement de climat ou la circulation automobile.

Mais les experts ont calculé qu’en 2017 les rotors des 31 000 installations d’éoliennes ont vu environ 8 mio de km3 d’air passer dans leurs installations, soit 10 fois l’air allemand jusqu’à 2.000 mètres d’altitude ! Or 1 kilomètre-cube contient environ 9 kg d’insectes, dont la plupart survivent à la rencontre avec les éoliennes. Mais 5 % sont victimes des rotors, soit environ 1200 t, ce qui correspond à 6 milliards de sauterelles, abeilles, guêpes et insectes divers, chaque jour.

A l’origine de ces interrogations, il y a l’étude dite de Krefeld en Allemagne, qui concluait à une disparition de plus 75 % des insectes depuis 1989. L’étude a été très critiquée pour son protocole imparfait, mais la tendance indiquée de la diminution des insectes n’est pas mise en cause.
D’autres scientifiques, qui dénoncent en vain cette diminution depuis 25 ans, donnent du coup de la voix. Le gouvernement allemand annonce la création d’un centre de monitoring de la biodiversité. Un travail énorme en vue, car il y aurait 33 000 espèces d’insectes en Allemagne. Les études sont chères et les méthodes ne sont pas au point. AM

Lire la suite...

canette vinAu Salon Prowein qui vient de se tenir à Dusseldörf (17-19 mars), la cause était entendue : pour gagner les nouveaux consommateurs, ni bouteilles ni box ne feront l’affaire. La canette métallique sera la solution la mieux adaptée au formes modernes de consommation. Adieu canons, adieu fillettes... 

Evidemment le consommateur traditionnel sursaute et crie à l’hérésie. Mais à Dusseldörf, il était surtout question de gagner les générations 20 à 40 ans à la consommation de vins. Ceux qui boivent du bon vin sont en général âgés de plus 50 ans. Et les tenants des canettes-boites à vins voient venir un gros problème, celui de la démographie des buveurs de vins. La boite ne vise donc pas les consommateurs classiques de vins, mais recherche de nouveaux groupes de consommateurs.
Il faut absolument que les viticulteurs s’ouvrent à des alternatives de présentation des vins disent ces spécialistes. Stuart Pigot, un expert en vins connu, le dit dans un article publié pour ce salon professionnel du vin, sous le titre « Yes We Can ».
Les études des marchés montrent des progressions importantes des ventes de vins en canettes aux USA, au Chili et en Australie. Aux States, la société appartenant à Francis Ford Coppola livre même la paille avec, pour aspirer le vin comme un vulgaire soda. Il faut s’attendre au développement de ce type d’emballage en Asie.
Il faudra s’y habituer chez nous aussi, à travers par exemple des compagnies aériennes et les hôtels avec leurs mini-bars. Dans la distribution, il faudra lutter contre l’image que renvoie la canette d’un produit de stations-services ou de beuveries diverses, mais on y arrivera même si c’est plus long. Cr la canette a un énorme avantage : elle ne nécessite d’emporter ni bouteilles, ni verres, ni tire-bouchons. Les mini-contenants concurrents ne sont d’ailleurs pas légion pour les vins, la brique carton mini ou non exceptée. Une limite quand même : les canettes ne peuvent servir que pour des vins à ne pas stocker longtemps, des petit blancs et rosés peu alcoolisés par exemple. AM

bétaillère 2Au nom de la protection animale et des règles européennes, les services vétérinaires de plusieurs Länder ont commencé de refuser les certificats vétérinaires pour certaines destinations.

Les blocages des exportations allemandes de bovins vivants vers des pays tiers provoquent de sérieuses vagues dans la profession agricole, ainsi que dans la sphère politique. La ministre fédérale de l’agriculture Julia Klöckner n’y fait pas la meilleure des figures.

De plus en plus de Länder bloquent des exportations de bovins vers des pays tiers, par des refus de certificats vétérinaires pour les transports, au motif que les pays destinataires ne respectent pas les règles de protection des animaux. La vague a commencé en Schleswig-Holstein, suivi de Hesse, puis de la Bavière. D’autres s’y préparent.

Peu à peu les décrets régionaux évoluent d’interdictions générales et provisoires vers une liste de pays visés. Il s’agit des pays suivants : Egypte, Algérie, Yémen, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizstan, Arménie, Turkménistan, Azerbaïdjan, Liban, Maroc, Syrie, Turquie, Tunisie, Ouzbékistan…

L’année dernière l’Allemagne a exporté environ 70 000 bovins vivants en pays tiers. Il s’agit essentiellement de bovins d’élevage pour des développements de cheptels. Les principales destinations étaient : Russie 21 164 animaux, Turquie 15 448, Ouzbékistan 9 321, et le Maghreb avec environ 10 000 têtes.
Le chiffre total de bovins vivants exportés, était en recul de -15% par rapport à 2017.

Avec les décisions qui se multiplient, ces exportations fondent rapidement. Les organisations d’élevage sont désorientées, elles qui déclarent veiller à la protection de leurs animaux et suivre les transports au GPS. Elles n’ont pas de solution de rechange dans l’immédiat, et d’autre pays fournissent des animaux d’élevage à leur place.

Lire la suite...

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 129 invités et aucun membre en ligne