En pleine Grüne Woche, Mgr Heiner Koch provoque un tollé !

kochAncien évêque de Dresde, nommé archevêque de Berlin en juin 2015 par le pape François, le Dr Heiner Koch n’avait pas jusque-là soulevé de vagues aussi tumultueuses, et avait fait montre d’une efficace compassion au moment des attentats récents de la capitale allemande. Quelle mouche l’a soudain piqué ? En pleine Semaine Verte, il a donné une longue interview radiodiffusée où il accuse les agriculteurs ni plus ni moins que « d’esclavage et de maniement de forces brutales ». Les réactions sur les réseaux sociaux ont été immédiates et toutes expriment une profonde blessure ressentie pas les agriculteurs et éleveurs.

L’archevêque berlinois a dit : « Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la situation catastrophique dans les grandes fabriques d’animaux qui existent dans notre pays. Des éleveurs de porcs élèvent des porcs qui ne voient jamais la lumière du jour. Ils traitent les animaux comme des objets sur une chaine d’usine, et les abattent dans des conditions inexprimables. Des éleveurs de bovins traitent les animaux avec une force brutale, en les transportant sur des milliers de kilomètre à travers la moitié de l’Europe. Les exploitations d’engraissement, beaucoup trop grandes, ne recherchent que le profit en provoquant journellement de nouvelles souffrances pour la Création. Ceux qui considèrent les animaux comme des objets ne reculent pas devant de nouvelles brutalités. Les eaux souterraines sont polluées, et les bas salaires introduisent un esclavage moderne.»

Les réactions des agriculteurs, encore à leur début, vont de la révolte à la résignation, en passant par les décisions de quitter l’Eglise catholique (par le refus de payer l’impôt spécifique, en pays sous concordat). Ils préféreraient que l’archevêque vienne discuter avec eux, plutôt que de proférer des affirmations superficielles, des demi-vérités, des négations totales. Ils rappellent qu’il est dit dans les commandements ‘Tu ne mentiras pas ! »

Le syndicalisme agricole de Schleswig Holstein dit : « Cher archevêque, nous ne connaissons pas votre traitement, mais un évêque normal touche 12 000 €. Admettons que vous éleviez des porcs. Dans ces cas, il arrive que l’on ne gagne rien mais, parfois, c’est 10 € par porc. Pour obtenir votre traitement il faudrait que vous éleviez 14 400 porcs par an, et en plus que vous investissiez dans votre porcherie pour qu’à l’avenir vous puissiez encore gagner de l’argent.

Le DBV a de son côté publié une lettre ouverte à l’archevêque. En résumé : la centrale syndicale agricole proteste contre une condamnation en bloc de l’agriculture avec des mots qui n’ont rien de commun avec ce qui est réellement pratiqué dans l’agriculture allemande sous gestion familiale. Le DBV invite l’archevêque à un dialogue avec la profession agricole. Les agriculteurs se sentent blessés par un discours aussi incendiaire. Les DBV conclue : « Toute critique ne peut pas s’abstraire des faits, et ceux-là n’ont rien à voir avec les images polémiques que certains répandent et qui vous impressionnent. Venez dans nos exploitations. Nous serions heureux de vous recevoir. »

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 148 invités et aucun membre en ligne