UE 5On se doit de dénoncer le double jeu européen en matière d’autorisations des plantes OGM pour l’importation, devenu une véritable routine.

Ce « jeu » est non seulement néfaste pour la crédibilité européenne, et pour l’utilisation des nouvelles techniques biomoléculaires.

Ces mois derniers, la Commission européenne a autorisé 10 nouvelles plantes OGM pour l’importation, décision que l’opinion publique a complètement ignorée dans le brouhaha médiatique du moment.

Il y a maintenant 85 plantes autorisées à l’importation, donc pour la consommation animale et humaine.

Mais autorisée en culture, il n’y en a qu’une seule autorisée, le maïs Mon 810, dont l’autorisation date de 1998.

Les pays européens, surtout les principaux, France comprise, votent contre les autorisations à Bruxelles, pour accréditer le mythe d’une majorité contre. Mais la réalité est autre...



Plantes OGM autorisées à l‘importation (la durée totale de la procédure d’autorisation est en plus de 4,9 ans.)
                                    Autorisées                  Evaluées              Déposées
Soja                                 25                                 3                            6
Maïs                                  9                                 7                          16
Colza                                 6                                 2                            8
Coton                              14                                  3                            5
Bett.à sucre                       1                                  -                            -
Total                                 85                                15                          35

Tout un rituel peu reluisant s’est instauré. Les deux camps qui sont face à face se bloquent pour ne pas arriver à la majorité qualifiée de 55 % des Etat et de 65 % de la population. Car dans ces cas, la Commission serait obligée de prononcer la reconnaissance après évaluation scientifique par l’EFSA. Les gouvernements flattent ainsi une partie de leur électorat et, surtout, ne prennent  pas leurs responsabilités.

Les gouvernements ne veulent pas non plus approuver une modification proposée par la Commission sur ce point, leur déléguant le pouvoir de refuser ces importations. Et tout continue ainsi… La Commission veut toujours réformer cette comitologie à travers une majorité simple d’Etats ; et sans compter les abstentions et les non exprimés.

En ce qui concerne les autorisations en culture, les Etats peuvent depuis 2015 décider l’interdiction chez eux. Ils ont utilisé cette clause dite d’« opt-out ». Mais l’opinion ne comprend plus que l’on ait des plantes qui aient été scientifiquement évaluées et que l’on n’autorise pas, en jouant à peu près le même jeu pour les nouvelles demandes d’autorisations en culture, que pour les importations.

Et l’on voudrait maintenir le Génome Editing sous de telles règles !  AM

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 110 invités et aucun membre en ligne