electionsSelon les derniers sondages disponibles, les agriculteurs allemands s’apprêteraient à voter selon la répartition suivante : 58% pour la CDU/CSU ; puis 19% pour les libéraux de la FDP ; 13% pour AfD, extrême droite ; 3% pour les Verts de Bündnis90/Die Grünen ; 3% pour les sociaux-démocrates de la SPD ; 2% pour la gauche Die Linke ; 2%: autres.

La situation générale de l’électorat est on le sait assez compliquée. Car les sondages montrent aussi que ceux qui voudraient voter CDU/CSU ne voudraient pas du leader de ce parti, Armin Laschet, comme chancelier.

De même, beaucoup voudraient Olaf Scholz, actuel vice-chancelier et ministre des finances comme chancelier, mais ne souhaitent pas voter pour son parti, la SPD.

Chez les Verts, on se voyait déjà à la chancellerie à la tête d’une coalition CDU/CSU/ Verts. Mais Annalena Bearbock, qui mène la campagne en leur nom, a accumulé tant d’erreurs qu’on est convaincu, même chez les Verts, que Robert Habeck, son très charismatique rival au sein des Verts, aurait fait mieux.

A l’issue de ces élections, il y aura donc à coup sûr, après des négociations plus ou moins longues, un gouvernement de coalition. Mais laquelle ? La plus évidente est une nouvelle grande coalition CDU-CSU/SPD, dont tout le monde prétend ne surtout plus vouloir ! Reste la « Jamaïka », Noir-Jaune et Verts, c'est à dire CDU/CSU- FDP-Verts, voire la peu vraisemblable alliance de gauche SPD-Verts-Linke.

Reste la question de savoir quelle importance aura l’AfD à l’extrême droite, ce qui constitue pour le moment une petite inconnue du scrutin. Décidemment, le règne Merkel finit moins bien qu’on l’espérait. AM

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 176 invités et aucun membre en ligne