chien 2Et si l’on regardait de plus près le bilan écologique des animaux de compagnie? L‘avion, la voiture, la viande sont abondamment dénoncés comme émetteurs de gaz à effet de serre.

Mais selon les chercheurs, un chien peut être à l’origine de la moitié des émissions de CO 2 qu’un être humain ne devrait pas dépasser pour ne pas contribuer à changer le climat.

Autrement dit : aller à une manifestation pour la protection du climat ou pour demander l’arrêt des liaisons aériennes à courte distance, tout en tenant un chien de 50 kg au bout de sa laisse, c’est du pur jésuitisme. C’est du moins ce qu’affirme Mathias Finkbeiner le directeur de l’Institut de Protection de la Nature de l’Université Technique de Berlin.

Les scientifiques de Berlin ont fait les calculs pour les grands chiens, en prenant en compte l’origine et la fabrication des aliments qu’ils consomment, les emballages et le transport, mais également les conséquences pour les nettoyages d’excréments.

 

Résultat : un chien de 30 kg produit en 18 ans 19 tonnes de CO2 soit 1050 kg, ou une tonne par an. Pour les St Bernard, c’est plus et pour d’autres moins, mais cela correspond à un trajet en avion entre Francfort et les Canaries ! Selon les chiffres, chaque humain ne devrait pas produire plus que 2 tonnes de CO2 par an, pour ne pas influencer plus le climat. C’est ce que la terre peut absorber, selon les Conseil Mondial du Climat. En Allemagne, on est en ce moment autour de 8,5 t/personne.

En Suisse à l’Institut ESU de Schaffhausen, on a établi ce genre de bilan pour les chevaux et les poissons. Pour un chien de 29 kg, les Suisses arrivent à des émissions annuelles équivalentes à 2828 km en déplacement en automobile, et pour un chat de 4,2 kg à un kilométrage automobile de 1164 km.

En 20 ans le nombre de chien a doublé en Allemagne. Il y a 15,7 Mio de chats et 10,7 Mio de chiens en Allemagne, et la pandémie en a encore augmenté ce nombre.
C’est un sujet qui a été trop longtemps négligé, car ceux qui s’y lancent doivent encaisser des attaques sévères. Or il ne s’agit pas de condamner, mais d’être clair sur le fait que tous les hobbys contribuent à peser sur l’environnement, que ce soit le ski, le cheval, les chiens et les chats.

A chacun d’en prendre conscience lors de ses décisions concernant son alimentation ou sa mobilité. en mangeant de la viande ou en prenant l’avion. Mais si vous êtes vegan avec un Labrador à la maison, navré mais vous feriez mieux de manger votre bifteck, et même d’en donner un à ce pauvre chien qui préfère ça à des croquettes de soja…

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 204 invités et aucun membre en ligne