oktopusDes manifestations d’opposition à l’installation d’une ferme d’aquaculture de seiches dans l’île de Gran Canaria (Espagne), se sont déroulées récemment à l’occasion de la journée internationale des octopus.

L’objectif de la ferme est de produire 3 000 t /an de chair de ce poulpe. Quelque 40 organisations demandent aux autorités de l’île de stopper ce projet par lequel naitrait la première ferme d’oktopus du monde.

Ces organisations expliquent que les céphalopodes ne pourraient pas être élevées commercialement, car dans la nature ce sont des animaux solitaires ( ?) qui ne peuvent pas développer en groupe leur manière naturelle de vivre.

Les méthodes d’abattage envisagées sont en outre cruelles, à savoir une lente congélation dans l’eau glacée. Leur nourriture avec des fruits de mer ne ferait qu’augmenter la pression sur les mers déjà sur-pêchée.

La société Nueva Pescanova envisage d’élever dans le port de Las Palmas, 1 mio /an de ces animaux dans des tanks contenant 10 000 poulpes chacun, pour arriver à 3 000 t de chair.

 

Depuis trois ans, il y a des protestations diverses contre cette ferme qui devait à l’origine entrer en production cette année et pour laquelle les études d’impact sur l’environnement ne sont toujours pas terminées.

Les défenseurs-protecteurs argumentent également en disant qu’une telle aquaculture conduira sans doute à des taux de cannibalisme beaucoup plus importants que dans les expériences de laboratoire de Nueva Pescanova, ce qui rendrait l’élevage non rentable.

Jusqu’à présent les autorités instructrices du projet ont fait l’oreille plus ou moins sourde à toutes ces démonstrations. La protection des animaux : sur le continent peut-être, mais dans les îles…

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 1011 invités et aucun membre en ligne