porc chineLa production de viandes porcines, constatent les experts de la grande banque agricole néerlandaise, continue à diminuer en UE et en Grande-Bretagne.

L’offre de porcs à abattre reste faible, ce qui soutient des prix à un niveau élevé pour les mois à venir.

Selon les enquêtes de printemps, il y avait en UE 27  en moyenne -10 % de porcs dans les élevages par rapport à l’année dernière.

Le recul de production était le plus élevé au Danemark avec -24 %, suivi de la Grande Bretagne -17 % et des Pays-Bas -12 %.  En Allemagne, le recul était de -9 %n, en Espagne de -7 %,  de -7 %  en Pologne, de -6 % en France et de -5 %  en Italie.

Des abattoirs du Nord-Ouest européen ont commencé à réduire leurs capacités dans l’attente de moins d’offres de porcs à l’avenir. Les problèmes constants de PRRS, variante Rosalia, provoque en Espagne des pertes importantes et un niveau bas de l’offre en porcs.

Les exportations UE vers pays tiers ont diminué de -18 % ou de -250 000 t, en particulier vers les Philippines - 62 000 t,  la Corée du Sud  -34 000 t, les USA -25 000 t et le Japon -16 000 t. 

La Chine de nouveau aux achats

Mais, d’après les chiffres provisoires des douanes, au 1er semestre 2023 les importations chinoises ont augmenté de +13 % à 1,54 Mio t, coproduits d’abattage compris, après un effondrement de plus de la moitié l’année d’avant. L’Espagne, les USA et le Brésil, en ont profité le plus. En valeur, l’augmentation est de +31% à 3,46 Mrds €, à cause des prix mondiaux plus élevés. Les offres venant d’UE étaient le plus souvent à des prix plus élevés que ceux des USA, ou du Brésil, ce qui a conduit à des reculs de leurs parts de marché.

Selon l’analyse L&F (L’Organisation Centrale de l’Agriculture et de l’Economie Alimentaire Danoise) les importateurs chinois demandant des viandes fraiches, réfrigérées et congelées, ont augmenté leurs demandes de +17 % ou de +123 000 t, à 933 700 t Les demandes de coproduits ont augmenté de +8 % par rapport au 1er semestre 2022, à 555 400 t, venant surtout d’Espagne. Mais celle-ci n’a augmenté son débouché total chinois que de +2,4 % à 351700 t.

Les Brésiliens, en n°2 des importations chinoises, ont augmenté leurs livraisons de viandes fraiches et congelées de +35% à 220 800 t, 10 500 t de produits annexes en plus. En troisième position, les USA ont augmenté leurs livraisons de +30 % à 228 000 t. Le Canada avec une augmentation de plus de moitié est arrivé à 125 300 t. Les deux pays nord-américains ont progressé significativement sur les marchés en Chine.

Le Danemark a enregistré un recul de plus de 20 % dans ses livraisons de produits annexes, à 64 800 t, alors qu’en viande fraiches il a augmenté de +4,1 % ses exportations en Chine, à 84 900 t. Les Pays-Bas ont augmenté leurs livraisons de viandes de porcs de +37 % à 143 900 t, et la France de +1 % à 74 000 t.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 1248 invités et aucun membre en ligne