rabobank 3"Maintenant Rabobank, payez vos dommages! ". Pour l’ONG écolo-environnementaliste, la banque agricole néerlandaise devrait être considérée comme co-responsable des dégâts à l’environnement causés par l’agriculture de ce pays.

Pour cette raison, elle devrait verser 3,1 Mrds € au « fonds nitrates » créé aux Pays Bas récemment pour financer différentes mesures.

Les « coûts sociaux » causés par l’agriculture intensive sont estimés par la même organisation à 100 Mrds €/an, et de ce total on peut attribuer 3,1% (admirons au passage la précision du calcul…) à Rabobank, comme moteur principal de l’intensification. Cinq sur six éleveurs, à peu près 85%, sont engagés chez Rabobank.

L’ONG argumente que la banque était au courant depuis 30 ans de la crise de l’azote, ce qui ne l’a pas empêché de conseiller à ses clients agriculteurs l’agrandissement et l’intensification des exploitations.

C’est pourquoi, de 2007 à 2020, l’endettement moyen des élevages aurait plus que doublé pour atteindre 1 Mio €, et que les engagements à long terme totaux des élevages dépasseraient maintenant 15 Mrds €.

Pour le moment Rabobank n’a pas vraiment engagé le débat sur ce sujet précis avec Greenpeace, la très puissante banque agricole néerlandaise se contentant de répondre qu’elle « soutient les solutions aux problèmes de nitrates ». AM

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 2761 invités et aucun membre en ligne