wojciechowski 3Mais où donc était passé Janusz Wojciechowski, le Commissaire à l’agriculture ? Il a brillé par son absence au débat général sur le Green Deal au Parlement européen. Une absence très mal ressentie par les parlementaires de tous bords.

Le Parlement débattait la semaine dernière sur le Pacte Vert (in english Green Deal) et ses conséquences pour l’agriculture et le Commissaire, acteur central, n’a fait connaitre aucune bonne raison pour ne pas y participer.

Le député Norbert Lins, président de commission, se demandait où se cachait le Commissaire à l’agriculture ce matin-là. Le respect vis-à-vis du Parlement voudrait que le Commissaire à l’agriculture se présente au débat. Mais de Wojciechowski… point.

 

Dans l’après-midi, il réapparaissait mais pour le débat sur les importations céréalières en provenance d’Ukraine, une question où les intérêts polonais sont directement engagés. Son absence du débat général sur Farm to Fork, les propositions SUR d’utilisation des produits de traitements et la proposition NRL, loi sur les renaturations, a été très mal prise.

Le député CSU Manfred Weber, chef de la fraction Parlementaire PPE, reproche au Commissaire une conduite « inacceptable ». D’autres reprennent des critiques émises depuis plus longtemps, suggérant qu’il s’intéresse plus à la campagne électorale en Pologne qu’à la politique agricole en UE. « On ne le voit nulle part, il est constamment absent » disent-ils.

En Pologne-même, l’opposition à la majorité actuelle estime qu’il doit démissionner car il ne joue plus son rôle de Commissaire agricole. Le parti PiS, Droit et Justice, qui est celui de Wojciechowski, est engagé jusqu’au cou dans le combat pour les élections de l’automne prochain.

Et, pour le moment, les agriculteurs polonais sont déçus du gouvernement, en particulier à cause de la baisse de prix des céréales par l’arrivée massive de céréales ukrainiennes. Début avril, le ministre polonais de l’agriculture, Hendryk Kowalczyk, a démissionné sous la pression des agriculteurs, car il ne voyait pas de possibilité de stopper ces importations.

Wojciechowski est intervenu souvent dans la campagne électorale polonaise. En décembre par exemple, il s’était prononcé pour une limitation des importations en provenance d’Ukraine lors d’un meeting de son parti, ce qui était à l’époque contraire à la position de la Commission européenne de favoriser l’Ukraine par un moratoire douanier.

La Commission a dû préciser qu’elle était fermement décidée à soutenir l’Ukraine par une libéralisation des échanges. Cette position a changé depuis pour la Pologne et quatre autres Etats membres, comme on le sait.

Hélas, voici que de nouveaux problèmes vont se poser au Commissaire : les demandes des Parlementaires visant à proposer enfin un vrai corridor de passage sécurisé pour les céréales ukrainiennes, à la place des décisions uniquement douanières.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 1378 invités et aucun membre en ligne